Vidéos

4.1.B Abattage, ébranchage et tronçonnage manuels

4.1.B Abattage, ébranchage et tronçonnage manuels

Un propriétaire d'un boisé privé peut choisir de faire affaire ou non avec un organisme de gestion en commun (OGC) ou un syndicat de producteurs de bois pour obtenir de l’aide technique et financière afin d'exécuter ses travaux. S’il opte pour un organisme accrédité, il devra respecter un certain nombre de critères pour avoir droit aux subventions attribuées en vue de la mise en valeur des boisés privés (par exemple : être reconnu producteur forestier et disposer d'un plan d’aménagement, satisfaire aux normes de l’organisme de mise en valeur de sa région, etc.). Le propriétaire  peut également effectuer lui-même ses travaux. Dans ce cas, il choisit les tiges à abattre en fonction de ses connaissances et de ses besoins.

Cette variante du procédé de récolte pour bois tronçonnés partiellement mécanisé est surtout présente dans les régions les forêts privées abondent. C’est une façon de faire populaire, puisque les propriétaires de boisés privés en milieu rural, qui sont également souvent agriculteurs, possèdent déjà l’équipement nécessaire pour effectuer les travaux, notamment le tracteur de ferme ou un équipement d’origine adapté aux travaux forestiers. Il leur suffit d’ajouter une remorque munie d’une grue de chargement ainsi qu’un treuil de débusquage au tracteur pour effectuer la récolte.

Une fois l’arbre abattu, le bûcheron procède à l’ébranchage de la tige. Les risques d’accident sont élevés au cours de cette tâche, puisque les  rebonds de la scie peuvent être plus fréquents. L’ouvrier sylvicole tronçonne ensuite la tige à la longueur voulue selon le produit qu'on veut en tirer,  en se servant d’un galon à mesurer ou de sa scie à chaîne comme repère. L’utilisation d’outils facilitant le travail du bûcheron, tels qu'un levier ou un câble du treuil, est souvent indispensable.